Bienvenue aux passionnés de la fraise

Plantation des plants

Périodes de plantation et de récolte :

Il y a deux périodes de plantation pour l'ensemble des fraisiers. La première se situe en début d'année (entre la mi-février et le mois de mai) soit après les gelées et la deuxième d'août à octobre soit avant les première gelées de l'hiver suivant. Si l'on veut obtenir un bon rendement l'année qui suit, il est préférable de planter les plants de fin août à la mi octobre; de cette manière l'enracinement aura pu être complet avant l'hiver.

En ce qui concerne la récolte; celle-ci varie entre les non remontantes (avril à fin octobre) et les remontantes (de juin à octobre). En jouant dès lors sur les différentes variétés, on peut donc obtenir une production de fraises de fin avril à octobre.

 Sol et exposition :

Le choix du terrain est très important pour les fraisiers. En effet, nous verrons plus loin la raison, mais il faut dès à présent savoir que l'emplacement choisi devra être réservé à la fraisière pendant trois ans au moins (roulement triennal). Les fraisiers aiment les sols acides (sauf quelques variétés) riches en humus (dès lors ne jamais ajouter de chaux), un sol plutôt léger et aéré où l'eau s'infiltre rapidement (pas d'excès d'eau). Très bonne exposition solaire. Un sol en pente orienté plein sud est un atout important.

Plantation :

Avant d'installer les nouveaux plants, il faut ameublir le sol sur une profondeur de 30 à 40 cm et incorporer en même temps une fumure organique (compost ou engrais azote). Un terrain lourd et très humide apportera inévitablement des maladies avec pour conséquence la disparition de vos plants.

Différentes techniques sont possibles.

La culture sur butte est intéressante mais est réservée aux terrains plats. Les plants sont séparés de 30 cm et disposés en deux rangées sur une butte de 80 cm de large. De part et d'autre de cette butte un sillon de 70 cm de large et de 20 cm de profondeur permet de drainer l'eau tout en réchauffant ainsi le sol.

La technique point par point est valable pour les différents types de terrains. Les plants sont disposés dans un sol riche en lignes doubles espacées de 50 à 60 cm. L'espace entre fraisiers reste identique (30 cm).

La profondeur de plantation est très importante. Si les racines ne sont pas complètement enterrées, les plantes sèchent et si le collet des fraisiers est enfoui dans la terre, le cœur des plantes pourrit rapidement. Pour les plantes avec motte, il est conseillé de les plonger dans un récipient d'eau pour que la terre en soit saturée avant de les planter dans le jardin. A ce moment bien vérifier que la surface de la motte se trouve à la même hauteur que la surface du sol et ne pas la recouvrir de terre supplémentaire. S'il ne pleut pas, il faut arroser régulièrement le premier mois pour permettre un enracinement parfait.

Je déconseille la pose de film en plastique sur le terrain. Cette méthode d'une part empêche le sol de respirer par une évaporation naturelle du sol et rend difficile l'apport de matières nutritives. En cas de fortes pluies, l'eau peut s'accumuler et permettre ainsi un pourrissement plus rapide des fruits. De plus ce système ne va pas détruire des herbes vivaces comme le chardon et le liseron qui vont continuer à se développer avec des conséquences dramatiques pour l'appauvrissement du sol. Je préconise plutôt le paillage naturel. En quoi consiste cette méthode ? Il faut d'abord savoir que le but est d'empêcher que les fruits s'abîment en touchant le sol. Bien sûr, si les fraises touchent directement la terre, elles vont se salir mais ce n'est pas là le seul inconvénient. La colonie des bestioles vivant dans le sol adorent venir se sustenter gratuitement tout en détruisant irrémédiablement les fraises. Dès lors, j'ai choisi le paillage par déchets d'arbres feuillus de préférence au paillis. La paille est en effet plus difficile à disposer autour des fraisiers et ensuite dans nos villes elle est parfois difficile à trouver et est rarement gratuite. En ce qui me concerne j'ai opté pour une matière première gratuite que l'on trouve partout. Il y a en effet à portée de main et au pied des arbres, des branches moyennes qui tombent par périodes de grands vents et qui sont inesthétiques. Ce bois gratuit après être passé dans un broyeur sera disposé dans des sacs de jute (pour permettre le passage de l'air) et conservé une année pour séchage. Ces déchets conviendront parfaitement aux fraisiers car ils maintiendront constamment les fruits à l'écart de l'humidité, même en période de pluies, tout en empêchant d'une part les limaces de remonter de la terre et d'autre part en limitant le développement des mauvaises herbes. De plus, en période d'ensoleillement, les fruits seront mûrs plus rapidement (cette matière garde en effet la chaleur plus longtemps et permet ainsi au sol de se refroidir moins rapidement).

Conseil : il existe une incompatibilité d'humeur et de proximité entre les fraisiers et le trèfle.

Pour des renseignements complémentaires, vous pouvez me contacter par mon adresse : 

martin.momo@hotmail.com

ou en me téléphonant en soirée au 0477/870900 

Bonjour !
Créez votre site web tout comme moi! C'est facile et vous pouvez essayer sans payer
ANNONCE